fbpx

Les emplois étudiants : Comment s’autofinancer pendant ses études?

Un étudiant sur deux travaille pendant l’année universitaire. Pour financer vos études sans les compromettre, voici quelques pistes à explorer. Pour ne pas nuire à vos études, privilégiez si vous le pouvez des jobs qui n’excèdent pas un mi-temps. Au-delà de 16 heures hebdomadaires, toutes les enquêtes concordent : un travail sans lien avec les études concurrence fortement ces dernières et menace leur réussite.

Trois solutions principales sont envisageables pour obtenir un emploi étudiant.

  • Les agences d’intérim permettent de réaliser diverses missions de durée variable.
  • Le bouche à oreille et le réseau demeurent également une manière commune de trouver un emploi étudiant.
  • Les sites de petites annonces sont très efficaces, d’autant plus que certains sont spécialisés dans un type d’emploi précis (Yoopies, Nounou-top et Maminou facilitent par exemple le baby-sitting).

Voici une liste des emplois étudiants les plus prisés en France : 

1. Un job sur le campus

Les universités peuvent recruter des étudiants pour une période de 12 mois maximum. Une solution avantageuse pour concilier emploi et études puisque les établissements ont interdiction de vous faire travailler pendant vos enseignements obligatoires et vos examens.

Votre job ? Accueil des nouveaux étudiants, tutorat, renfort du personnel de bibliothèque, soutien informatique, animation sociale, culturelle et sportive… Vous serez employé au maximum à mi-temps pour la période universitaire (1er septembre au 30 juin). Vous pourrez travailler à temps plein entre le 1er juillet et le 31 août.

2. Baby-sitter 

Aller chercher de jeunes enfants à l’école ou à la crèche, les faire jouer, leur faire prendre le bain ou leur repas… Le job de baby-sitter s’exerce en journée, le week-end ou les jours fériés selon les besoins des parents, qui recherchent des personnes fiables, sérieuses et responsables, aimant et sachant s’occuper des enfants.

Côté rémunération, le tarif net moyen de garde d’enfants s’élève à 8,76 € de l’heure, en hausse de 1,27 % sur un an. Si vous parlez assez bien une langue étrangère, vous pouvez proposer vos services de baby-sitter en anglais ou espagnol et gagner un peu plus.

3. Soutien scolaire 

Maths, physique, français, anglais, informatique… Si vous êtes doué dans une matière, donnez des cours de soutien. Vous pouvez être rémunéré entre 15 et 25 € nets de l’heure. Déposez une annonce auprès des commerçants du quartier. Vous pouvez aussi passer par des réseaux comme Acadomia, Anacours, Complétude ou les cours Legendre (spécialisés aussi dans les stages intensifs pendant les vacances scolaires). Ces entreprises recrutent principalement des étudiants comme intervenants. Attention, elles privilégient souvent les étudiants au moins diplômés bac+3.

4. Serveur(se)

Préparer la salle, accueillir le client, prendre les commandes, servir les plats ou les cocktails, encaisser les consommations… Travailler en salle dans un restaurant ou derrière un bar ne semble pas sorcier. Mais attention le rythme d’activité est soutenu, les horaires souvent irréguliers. Vous serez souvent amené à travailler tard le soir, le week-end ou les jours fériés. Prière d’être soigné dans votre tenue, aimable et souriant dans votre attitude. Comme tous les emplois de personnel de service, le job est le plus souvent rémunéré au smic horaire avec quelques pourboires.

5. Employé(e) du commerce ou de fast-food

Monoprix, Carrefour, Quick, McDonald’s ou KFC… Grande distribution et chaînes de fast-food sont de gros pourvoyeurs de jobs d’hôtes de caisse, d’équipiers et autres magasiniers. Carrefour embauche ainsi plus de 4.500 étudiants chaque année via des CDI de 8 à 20 heures hebdomadaires.

6. Livreur à vélo, coursier

Un vélo, un sac à dos et ça roule ! Beaucoup de jeunes pédalent pour des plateformes internet de livraison de repas pour arrondir leur revenu. La promesse de ces start-up de la “Food Tech” ? Jusqu’à 4.000 € de revenus mensuels et des horaires flexibles. Attention, la réalité est bien moins rose : certaines de ces sociétés mettent déjà la clé sous la porte.

Beaucoup vous demandent de travailler avec un statut d’indépendant, auto-entrepreneur et non de salarié. De plus, vous devez souvent fournir l’équipement : un vélo ou un scooter, un Smartphone récent. Renseignez-vous précisément avant de vous lancer ou privilégiez les sociétés de courses qui vous proposent un contrat de  travail en bonne et due forme !

7. Auto-entrepreneur

Pour financer ses études, prendre un job étudiant n’est pas toujours simple, surtout pour l’aménagement de son planning. Entre les exigences de l’employeur et l’obligation d’être assidu en cours, cela peut vite devenir un véritable casse-tête.

Devenir auto-entrepreneur peut vous permettre de gérer vous-même votre emploi du temps, en fonction de vos disponibilités. Une période de creux dans vos cours ? Vous pouvez choisir de travailler plus, et de pouvoir vous dégager davantage de temps pour les périodes plus intenses.

Pour trouver de petites missions ponctuelles, vous pouvez exercer dans de nombreux domaines : livraison de repas à domicile, conditionnement, missions de vente, etc.  Des plateformes de mise en relation entre étudiants auto-entrepreneurs et entreprises existent pour vous permettre de trouver facilement des clients (Upwork, Fiverr, Codeur.com…)

Partager cette publication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *